La voix, la prise de décision et le leadership sont considérés comme des facteurs importants de l’autonomisation des femmes. Ces facteurs englobent ainsi les femmes ayant le pouvoir d’exprimer leurs préférences, leurs demandes, leurs points de vue et leurs intérêts. Ils comprennent également la possibilité d’accéder à des positions de prise de décision.

Voix EssentiELLES vise à soutenir et stimuler l’impact des politiques et des programmes de santé en Afrique de l’Ouest et du Centre en assurant, de manière significative dans tous les espaces de prise de décision, l’engagement et l’inclusion des femmes et des filles dans toute leur diversité.

Mis en œuvre par l’organisation à but non lucratif de communication stratégique et de plaidoyer, Speak Up Africa, en partenariat avec le Fonds mondial et la Fondation CHANEL, Voix EssentiELLES vise à soutenir les organisations de femmes et de filles œuvrant au niveau communautaire. Un soutien financier d’une part, via un Fonds dédié et un appui technique d’autre part, dispensé à travers l’Université de l’ExcELLEnce, sous forme de programme personnalisé de renforcement de capacités et de développement du leadership.

Télécharger notre fiche d'information
pour en savoir plus sur l'initiative !

L'égalité des genres

Les femmes contribuent de manière substantielle à l’économie du continent africain. Qu’elles soient agricultrices ou entrepreneuses, ces femmes sont plus actives économiquement que les femmes de toutes les autres régions du monde. Toutefois, à travers les âges, ces mêmes femmes ont été systématiquement exclues des espaces de prise de décision et des programmes qui affectent leur santé et leur bien-être.

Ce n’est que lorsque les femmes et les filles sont autonomes et soutenues pour participer activement aux processus de prises de décision, que des politiques efficaces qui prennent en compte les différences de genre et les sensibilités culturelles, sont développées. Ainsi, il est essentiel que les politiques visant à lutter contre les problèmes de santé soient pensées et basées sur l’expérience des femmes et des filles, sans quoi, elles ne pourront réaliser leur plein potentiel.

Le problème

Plus de 640 millions de femmes dans le monde âgées de 15 ans et plus ont subi des violences physiques et/ou sexuelles de la part de leur partenaire intime.

Alors qu’à l’échelle mondiale les femmes parviennent de plus en plus à atteindre des fonctions politiques, elles ne représentent que 23,7% des effectifs des parlements nationaux, bien loin encore de la parité.

Dans 46 pays, les femmes détiennent désormais plus de 30% des sièges au parlement national dans au moins une chambre.

Sur la base des progrès actuels, il est estimé que les femmes atteindront l’équité salariale ou de leadership avec les hommes dans au moins 135,6 ans.

Au rythme actuel, il faudra potentiellement 121,7 ans pour que les écarts entre les sexes se résorbent en Afrique subsaharienne.

Les femmes sont 24% plus susceptibles de perdre leur emploi et de subir des baisses de revenus plus importantes.

Moins de 1% de l’aide mondiale du Comité d’aide au développement pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes va aux organisations de défense des droits des femmes.

Notre solution

L’initiative Voix EssentiELLES vise à soutenir et stimuler l’impact des politiques et des programmes de santé en Afrique de l’Ouest et du Centre en assurant, de manière significative dans tous les espaces de prise de décision, l’engagement et l’inclusion des femmes et des filles dans toute leur diversité.

Les objectifs de l'initiative

Permettre la participation des organisations communautaires/de base de femmes et de filles, des réseaux et des leaders féminins aux différents niveaux des plateformes de prise de décision dont les résultats impactent leur santé.

Renforcer leurs capacités et leurs compétences pour influencer les politiques, les lois et les programmes qui affectent leur santé et leur bien-être.

Pays d’intervention

Historiquement, les femmes et les filles ont été largement exclues des espaces de prise de décision et des programmes qui affectent leur santé et leur bien-être. C’est particulièrement le cas en Afrique francophone de l’Ouest et du Centre, régions caractérisées par des inégalités sociales, économiques et politiques persistantes entre les sexes.

La première phase du projet Voix EssentiELLES qui durera 3 ans a débuté en 2021 et est mise en œuvre par Speak Up Africa pour soutenir plus de 20 organisations et réseaux locaux de femmes et de filles au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire et au Sénégal.

Les partenaires

Voix Essentielles est une initiative mise en œuvre par Speak Up Africa grâce à l’appui technique et financier du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme et la Fondation CHANEL.

Basée à Dakar, au Sénégal, Speak Up Africa est une organisation à but non lucratif de communication stratégique et de plaidoyer dédiée à catalyser le leadership africain, favoriser les changements de politiques et renforcer la sensibilisation autour du développement durable en Afrique. En maintenant l’amélioration de la santé publique au cœur de notre action, nous soutenons la réalisation des ODD 1 à 6, qui visent notamment à la transformation des sociétés africaines et à ce que chaque homme, femme et enfant soient en mesure de vivre une vie longue et saine.

Le Fonds mondial est un partenariat conçu pour mettre plus rapidement un terme aux épidémies de sida, de tuberculose et de paludisme. En tant qu’organisation internationale, il mobilise et investit plus de 4 milliards de dollars US chaque année à l’appui de programmes dirigés par des spécialistes locaux dans plus de 100 pays. En partenariat avec les autorités publiques, la société civile, les institutions techniques, le secteur privé et les personnes touchées par les maladies, nous nous attaquons aux obstacles et nous encourageons l’innovation.

Depuis 2011, la Fondation CHANEL apporte un soutien financier, technique et humain à des projets sur tous les continents, avec une priorité sur les pays stables. Elle s’engage sur des partenariats de long terme qui visent le passage à l’échelle, l’innovation sociale et des interventions de qualité. En ouvrant des voies nouvelles pour l’autonomisation des femmes et l’égalité femmes-hommes, elle adapte les solutions au cas par cas et promeut un accompagnement personnalisé.

Le Conseil consultatif

Composé d’experts et de partenaires, le Comité consultatif vise à fournir des conseils et des orientations à l’équipe de Speak Up Africa, en particulier dans le cadre de l’élaboration et la mise en œuvre d’une stratégie d’engagement solide et d’un programme de renforcement des capacités pour les organisations bénéficiaires.
Ce Comité contribue au processus de planification et d’engagement et aide à évaluer les options et les opportunités pour atteindre les objectifs stratégiques du projet.

+

Pr. Ndioro Ndiaye

Présidente du Conseil Consultatif Sénégal, Coordonnatrice du Réseau francophone pour l’égalité femme-homme, Organisation Internationale de la Francophonie.

+

Mme Ndeye Mingue N’Diaye Gacko

Sage-femme d’état de formation, technicienne supérieure de santé, Master II en santé de la reproduction, population et développement, experte genre, Ndèye Mingué est depuis 2013, coordinatrice de la cellule genre du Ministère de la santé et de l’Action Sociale.

+

Mme Nogaye Sow

« Badiénou Gokh » Présidente de la mutuelle de santé de Thienaba, Membre de l’unité de transformation des céréales locales du GIE Fass Diom

+

Mme Rajah Sy

Directrice Nationale de Special Olympics Sénégal

+

M. Arthur Athea

Responsable ONG Association Anonyme

+

Soeur Emmanuelle

Fondatrice et Responsable ONG Y-voir et Sourire

+

Mme Aissata Sidibé N’Dia

Présidente, Yelenba, Women in Action

+

Mme Awa Sylla

Conseillère Technique Cabinet du Ministre de la Femme Famille et Enfant

+

Mme Kadoua Abem

Secrétaire Générale de l’Association Djouatiina et celui du Réseau des Associations pour la Promotion et la Protection des Droits Humains au Nahouri.

+

M. Joseph Ido

Secrétaire exécutif National du Réseau Africain Jeunesse Santé (RAJS)

+

M. Simon Kaboré

Directeur Exécutif RAME (réseau d’accès aux médicaments essentiels)

+

Pr. Nicolas Méda

Président du Conseil Consultatif Burkina, Conseiller spécial du Président du Faso sur le Développement du Capital Humain

+

Mme Cécile Thiombano

Responsable plaidoyer Médecin du Monde France